Le processus de fabrication du miel par les abeilles

La fabrication du miel se fait grâce au concours de plusieurs êtres vivants : les fleurs, les abeilles et d’autres insectes « suceurs-piqueurs ». L’Homme n’intervient à aucun moment dans la fabrication du miel. C’est pourquoi, chez L’Essaim de la Reine, nous avons fait le choix de ne pas transformer, assembler ou réchauffer nos miels. Nous considérons que la nature nous offre une merveille et que nous n’e devons surtout pas le modifier.

Le rôle des fleurs dans la fabrication du miel

Afin de permettre leur propre reproduction, les fleurs ont besoin des abeilles et autres insectes pollinisateurs qui déposent le pollen sur le pistil au gré des fleurs butinées. Au fil des années, elles se sont adaptées à ce besoin et se sont modifiées dans le but d’attirer les butineuses. Cela passe par les odeurs, les couleurs, la forme et parfois même par des tâches « ultra-violettes » qui ne peuvent être vues que par les insectes.

En échange, certaines fleurs produisent du nectar dont nos abeilles raffolent. Elles le récoltent grâce à leurs trompes et le stockent dans leurs jabots jusqu’à la ruche.

Et les autres insectes, que font-ils ?

D’autres insectes interviennent dans la fabrication du miel. C’est le cas, par exemple, des pucerons ou des cochenilles qui se nourrissent de sève. Lorsqu’ils la rejettent après digestion, on obtient ce que l’on appelle le miellat. On le retrouve le plus souvent sous forme de gouttelettes sur les feuilles d’arbres que les abeilles viennent récolter, attirées par son goût sucré.

Le retour à la ruche : la naissance du miel

De retour dans la ruche, une abeille mélange le nectar et le miellat à sa salive puis le recrache. Ce mélange passe ensuite dans le jabot d’une autre abeille etc etc… Lors de ces différents passages, le mélange s’enrichit, se transforme, se déshydrate, se concentre et devient du miel ! Magique…

Lorsque le miel est fortement composé de miellat, il a tendance à foncer et à être plus corsé qu’un miel composé majoritairement de nectar. Le miellat est ainsi à l’origine de nombreux miels tels que le miel de chêne, le miel de châtaignier, le miel de forêt… A l’inverse lorsqu’il contient plus de nectar, le miel est plus clair et plus doux.

Venez également nous suivre sur nos réseaux sociaux pour découvrir nos actualités !  @l_essaim_de_la_reine / @Lessaimdelareine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *